Comment vidanger sa piscine ?

L’automne a pris le pas sur l’été et les plaisirs de la baignade s’achèvent doucement. Le temps est peut-être venu d’hiverner votre piscine et/ou de faire quelques réparations qui nécessiteront la vidange prochaine de votre bassin ? Sachez que cela ne s’improvise pas, loin de là ! Pour cela, il est indispensable de connaître la réglementation en vigueur car elle existe bel et bien et vous devrez entamer des démarches. On vous dit tout.

Que dit la législation ?

En préambule, il est indispensable de rappeler que l’article R1331-2 du Code de la santé publique dispose qu’il est en principe et légalement interdit d’introduire dans les systèmes de collecte (eaux usées et eaux pluviales) des eaux de vidange des bassins de natation pour éviter toute surcharge des stations d’épuration notamment ou polluer le milieu naturel.
Il existe toutefois des dérogations, c’est le cas pour les eaux de piscine privée.

Comment faire pour vidanger ma piscine ?

• Par infiltration dans le sol

Cette méthode est à privilégier et est d’autant plus actuelle avec la période de sécheresse que nous venons de traverser. Tout comme le filtre de la piscine peut être nettoyé dans le jardin, l’eau de la piscine peut y être versée. Cela peut-être une bonne source d’arrosage pour vos plantes, massifs, jardins potagers…

ATTENTION: si votre piscine est fortement traitée au chlore, pensez à la découvrir pour faciliter son évaporation. Au bout de quinze jours, l’eau n’aura aucun effet néfaste pour la nature. Prenez également quelques précautions pour ne pas inonder vos voisins !

• Dans les réseaux de collecte, avec obligatoirement une demande de dérogation

Selon la ville où vous habitez sur le territoire du SIARP et le réseau choisi pour l’évacuation, votre interlocuteur variera pour faire votre demande.

1. Dans le réseau des eaux usées
Dérogation permise par l’article L. 1331-10 du Code de la santé publique ainsi que l’article 8 du Règlement d’assainissement collectif du SIARP.
Les conditions de déversement sont fixées en tenant compte des caractéristiques du réseau et du degré de contamination des eaux, à savoir a minima :

  • le dimensionnement du réseau et des ouvrages annexes (poste de relevage, station d’épuration…),
  • un délai de 15 jours avant vidange (pour favoriser l’évaporation du chlore),
  • les quantités d’eaux qui pourront être rejetées,
  • des plages horaires précises,
  • les conditions de surveillance du déversement,
  • etc.

ATTENTION : l’absence de réponse dans un délai de 4 mois vaut refus du SIARP.

2. Dans le réseau des eaux pluviales
Dérogation permise par les articles 8 et 39 du Règlement d’assainissement collectif du SIARP.
Après autorisation, il est possible de déverser l’eau dans le réseau d’eaux pluviales sous réserve de respecter les conditions suivantes :

  • un délai de 15 jours avant vidange (pour favoriser l’évaporation du chlore),
  • des plages horaires précises,
  • des quotas de déversement,
  • les conditions spécifiques de votre bassin.

J’habite à…, quelle est la démarche ?

Liste des villes – Cas n°1

Ableiges, Boissy-l’Aillerie, Cormeilles-en-Vexin, Ennery, Épiais-Rhus, Frémainville, Frémécourt, Génicourt, Grisy-les-Plâtres, Hérouville-en-Vexin, Livilliers, Montgeroult

Télécharger la fiche pratique Cas n°1

Liste des villes – Cas n°2

Avernes, Brignancourt, Chars, Cléry-en-Vexin, Commény, Condécourt, Courcelles-sur-Viosne, Le Perchay, Longuesse, Marines, Neuilly-en-Vexin, Nucourt, Sagy, Santeuil, Seraincourt, Us, Vallangoujard, Vigny

Télécharger la fiche pratique Cas n°2

Liste des villes – Cas n°3

Boisemont, Cergy, Courdimanche, Éragny-sur-Oise, Jouy-le-Moutier, Maurecourt, Menucourt, Neuville-sur-Oise, Osny, Pontoise, Puiseux-Pontoise, Saint-Ouen-l’Aumône, Vauréal

Télécharger la fiche pratique Cas n°3

Une fois l’autorisation obtenue, il vous suffira de raccorder votre piscine au réseau d’eaux usées ou d’eaux pluviales.

IMPORTANT : Un déversement en pleine nature des eaux d’une piscine privée n’est pas constitutif d’une infraction au Code de la santé publique mais peut constituer une infraction à l’article L. 211-2 du Code de l’environnement, car vous risquez de polluer le milieu naturel.

Partager :

Autres articles

Micropolluants, vous connaissez ?

De nombreuses substances sont présentes dans nos produits du quotidien. Sans exception, tout le monde est concerné par l’émission de micropolluants de façon directe ou indirecte, avec une incidence néfaste pour la santé et la qualité de la ressource en eau. Pour lutter ensemble, apprenons à connaître cet ennemi micro, mais costaud !

Comprendre ma facture d’eau et la redevance assainissement non collectif

Sur le territoire du SIARP, la collecte et le traitement des eaux usées peuvent être réalisées grâce à des infrastructures communes (réseaux d’assainissement, station d’épuration) ou gérées de manière individuelle à la parcelle des usagers concernés. Pour accompagner et conseiller ces derniers, le SIARP a créé un Service public d’assainissement non collectif (SPANC) dont le système de redevance utilisé a récemment fait l’objet d’une évolution majeure avec la création d’une redevance sur votre facture d’eau. Que finance-t-elle ? Quelles sont les missions du SPANC ? Décryptage.

Bandeau scène de crime pour identifier le dépôt sauvage dans les réseaux d'assainissement avec couleur marron pour signifier les eaux usées

Et si on parlait dépôt sauvage dans les réseaux d’assainissement ?

Le SIARP lance une campagne d’information auprès des usagers afin de les alerter sur le dépotage dans les réseaux d’assainissement, réalisé par certaines entreprises peu scrupuleuses qui doivent évacuer leurs déchets dans les centres de traitement adaptés. Avec une affiche diffusée auprès des communes de son territoire, le SIARP joue la carte de l’humour et souhaite interpeller !