STOP aux lingettes dans les toilettes !

De plus en plus fréquemment, les services du SIARP observent des dysfonctionnements liés à la présence d'objets solides ou toxiques, indésirables dans les canalisations des eaux usées, notamment des lingettes.

De plus en plus fréquemment, les services du SIARP observent des dysfonctionnements liés à la présence d’objets solides ou toxiques, indésirables dans les canalisations des eaux usées, notamment des lingettes.

Les paquets de certaines marques de lingettes indique les mentions « biodégradable » ou « peuvent être jetées à l’égout ».

Cependant, ces lingettes causent des dysfonctionnements avant même d’être dégradées.

De par leur nature résistante, les lingettes bouchent les réseaux et les pompes, avec pour conséquence première des débordements chez les riverains (impliquant des dégâts matériels), des débordements vers le milieu naturel. Les interventions de plus en plus récurrentes dues aux lingettes impliquent une augmentation du coût d’exploitation des réseaux d’eaux usées et participent à l’augmentation du prix de l’assainissement.

De plus, il est important de savoir que le règlement d’assainissement interdit tout rejet de corps solides dans les réseaux d’eaux usées. Même si les canalisations d’eaux usées sont dénommées communément « tout-à-l’égout », sur le territoire du SIARP, elles n’ont pas vocation à recevoir des objets solides.

Alors, pour une participation citoyenne de tous à la préservation de notre environnement, veillez au respect  de ces règles de bon sens : ne plus jeter vos lingettes dans les toilettes, mais dans vos ordures ménagères.

Partager :

Autres articles

Cérémonie des vœux du SIARP

Mercredi 18 janvier 2023, Emmanuel Pezet, président du SIARP a présenté ses vœux à un parterre d’invités composé d’élus locaux, de partenaires, d’entreprises et d’associations… À cette occasion, il était entouré des Vice-Présidents et de la Direction, mais également de l’ensemble du personnel du SIARP.

Une maison en construction sur les plans de la maison pour établir la relation avec le permis de construire et la PFAC (Participation au financement de l’assainissement collectif).

PFAC : que se cache-il derrière ces quatre lettres ?

Source de recette non négligeable pour le SIARP, environ 800 000 euros par an, nous levons le voile sur cette redevance qui contribue en partie à financer les grands projets en matière d’assainissement. C’est le service Instruction et contrôles qui a la charge de la mettre en recouvrement.