Saint-Ouen-L’Aumône : réhabilitation de 1 350 m de réseaux d’eaux usées par chemisage

Travaux préparatoires sur le chantier à Saint-Ouen -l'Aumône
Le SIARP a mandaté l’entreprise TERIDEAL pour des travaux de réhabilitation sans tranchée sur le collecteur de transport des eaux usées situé avenue du Château et impasse du Nord à Saint-Ouen-l’Aumône, du 14 février au 18 mars 2022.

Ces travaux découlent du diagnostic global des réseaux de transport réalisé en 2016 qui a mis en évidence sur ce collecteur, une dégradation avancée des bétons liée au Sulfure d’Hydrogène (H2S).

Le programme pluriannuel élaboré à partir de ce diagnostic a donc identifié des travaux à réaliser sur les réseaux d’assainissement. Le SIARP a choisi la technique du chemisage, c’est-à-dire des travaux sans ouverture de tranchée, ceci afin de réduire la gêne occasionnée et la durée du chantier. Le projet prévoit ainsi la rénovation des collecteurs, de diamètre 250 à 800 mm, sur un linéaire de 1 350 m.

Suivez la signalétique et les déviations

Pour la sécurité de tous, nous vous prions de suivre les prescriptions indiquées grâce à la signalisation temporaire qui est installée. En effet ces travaux entraînent une restriction de la circulation et de stationnement pendant la durée du chantier. Les riverains ont été avisés par courrier fin janvier.

  • Du 21 février au 4 mars : l’avenue du Château est barrée à la circulation de tous les véhicules sauf aux véhicules de chantier, de collecte, d’incendie et de secours, entre la rue des Égalisses et l’avenue du Vert Galant, dans le sens Est/Ouest, allant de la rue des Égalisses vers le centre-ville ;
  • Une déviation est mise en place par l’avenue des Gros Chevaux, l’avenue de L’Eguillette, l’avenue du Vert Galant pour rejoindre l’avenue du Château (RD 922) ;
  • Durant tout le chantier, la circulation sera alternée et réglée par des feux tricolores ou manuellement par des agents du chantier
  • la vitesse de tous les véhicules est réduite à 30 km/h au droit du chantier et sur une distance de 30 mètres de part et d’autre.

En savoir plus

4 questions à …

Edouard Desouilles, responsable Étude et Travaux au SIARP

Pouvez-vous nous expliquer la technique du chemisage ?
Le chemisage est une technique de réhabilitation de
canalisations endommagées sans ouverture de tranchée. Il consiste à
réparer ces conduites de l’intérieur par un procédé mêlant gaine (fibre
de verre ou feutre), résine et polymérisation.

  • Une gaine souple enduite de résine durcissante (époxy, polyester
    ou vinylester) est introduite à l’intérieur de la canalisation puis
    plaquée contre les parois.
  • La phase de polymérisation permettra ensuite de rigidifier la résine sous l’effet du rayonnement UV ou de la vapeur d’eau.

Des travaux préparatoires sont nécessaires pour la réalisation d’un chemisage :

  • les effluents sont détournés,
  • la conduite à réparer doit être curée,
  • une inspection télévisée est effectuée pour vérifier son état,
  • la conduite est ensuite préparée avant travaux (fraisage des
    éventuelles racines, décalages, dépôts…) grâce à l’utilisation de robots
    multifonctions.

Au final, ce procédé permet de rendre étanches les canalisations et
de restaurer les caractéristiques structurelles et fonctionnelles.

Intérieur de l’unité de fraisage : pilotage du robot et caméra de contrôle
Vue du robot fraiseur dans le D800 impasse du Nord

Quels sont ses avantages ?
Un chantier de chemisage par rapport à un chantier classique
(avec ouverture de tranchées et changement des canalisations) présente
de nombreux avantages :

  • la rapidité d’exécution : entre 50 m et 150 m de réseau réhabilité
    par jour (en fonction des dimensions du réseau et des contraintes), pas
    nécessité de réaliser des tranchées… ;
  • la baisse majeure des nuisances : nombre de camions, bruit, circulation… ;
  • un budget maîtrisé : aucun enrobé à refaire, durée du chantier moindre… ;
  • une grosse réduction du bilan carbone : ici, pas d’évacuation de déblais, d’enrobé à refaire, transport par camions…

Quels sont les critères pour décider du type de travaux à engager pour rénover le réseau d’assainissement ?
Lorsque l’état du réseau à réhabiliter le permet, c’est-à-dire
qu’il ne présente pas, par exemple, de décalages trop importants, de
casse, de réduction de section, la technique du chemisage peut être
adaptée.

La priorisation des travaux est un travail important qui nécessite de
croiser différentes informations sur l’état bien sûr des canalisations,
mais également sur tout l’environnement des conduites (présence de la
nappe, type de voirie, flux collectés, type de sols, carrière à
proximité…) et leurs impacts en cas de défaillance.

Ce travail est mené par les services du SIARP depuis de longues
années et s’enrichit de manière continue grâce à l’utilisation d’outils
et fonctionnalités du Système d’information géographique (SIG).

Et si on parlait coût ?
Le montant des travaux sur Saint-Ouen-l’Aumône s’élève à 234 491 € HT,
auquel s’ajoutent les tests de réception pour 29 180 € HT.
Ces travaux ouvrent droit à des subventions de la part de l’Agence de l’Eau Seine Normandie.

Retrouvez en photos le suivi du chantier.

Partager :

Autres articles

Nucourt : travaux chemin de Dangu

À compter du 12 septembre et pour une durée prévisionnelle de quatre semaines, le SIARP réalise des travaux chemin de Dangu à Nucourt, préalablement à la construction d’un projet immobilier.

Comprendre ma facture d’eau et les redevances assainissement

Chaque immeuble ou maison dispose d’un système d’assainissement collectif ou individuel. Ce système permet de traiter les eaux usées qui proviennent de nos usages quotidiens (toilettes, salle de bain, cuisine, buanderie…). Bien évidemment, leurs traitements et tout ce qui est lié à l’assainissement est pris en charge par un organisme. Cela a forcément une incidence sur les usagers. Mais que financent les redevances assainissement sur votre facture d’eau ?